Aller au contenu
Forum Photo Paris

Écueil de la photo de rue ?


Messages recommandés

Bonjour à tous,

 

J'ai entendu quelques fois des personnes critiques dirent que la photo de rue, quand elle traite des marginaux et sans-abris, relève d'un certain voyeurisme, d'une espèce de condescendance. J'imagine que, comme tout, c'est parfois vrai et parfois moins. J'imagine que, comme pour tout sujet, ce qui nous attire c'est que le sujet se détache de son environnement, sort de l'ordinaire, mais que c'est en traitant ce sujet comme un élément du décor que l'on devient exploitant et irrespectueux.

 

Je partage avec vous ce questionnement parce que bien évidemment (évidemment, ou pas ?) ces gens particulièrement présents dans les rues de la capitale habitent quelques-unes de mes photos, et j'ai à cœur de questionner la moralité de celles-ci, quand je les réalise mais aussi à travers des avis extérieurs. Aussi puis-je vous soumettre les deux photos suivantes afin de connaitre votre point de vue ?

 

 

Ce que j'aime bien dans cette première c'est le début du passant au premier plan qui me met dans une position de voyeur, ne donnant à cette dame qu'un coup d'œil furtif, non assumé, mais que son regard direct de la confronte, et culpabilise dans une certaine mesure, en rappelant qu'elle n'est pas dupe des gens qui la toisent.
XDSCF2196.thumb.jpg.5179ea5fda7db40cbd952a17f4220982.jpg

 

Pour cette seconde, ce n'est pas tant sur le monsieur que sur le reste de la photo que j'ai des doutes : il me semble que le fond est un peu vide et la corneille est au mauvaise endroit. Bref je me demande si la photo a bien de l'intérêt au delà de ce livreur endormi qui peine à porter la photo à lui tout seul.

XDSCF2189.thumb.jpg.e92242b010ee1ca48e907ee1a538c688.jpg
Au plaisir de connaitre vos avis !! :)

 

 

 

Modifié par Nom Bidon
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

 

Réflexion très intéressante, qui va au-delà de la notion de droit à l'image dans l'espace public pour questionner le côté éthique d'un sujet. De mon point de vue, tant que le but n'est pas de faire un sujet facile avec une personne en état de faiblesse, et donc de ne pas se limiter à exploiter sa faiblesse sans qu'elle ait son mot à dire, la photo se justifie.

 

Trop de photographes à mon goût aiment se prendre pour des reporters en zone sinistrée dans le confort d'une grande ville, sans aucune démarche de révélation (ces sans-abris sont visibles de toutes les personnes à qui s'adresse leurs images) ni de travail sur la composition.

 

Concernant tes images, je trouve la première très réussie, déjà par la "mise en scène" que tu as su capter, ce regard adressé au spectateur, et le rappel des couleurs des sacs avec les chaises en arrière-plan. La lumière est magnifique et la pose de la dame n'a rien de misérabiliste.

 

La seconde, de mon point de vue, est à l'opposé et me laisse un peu perplexe : l'homme photographié dort, et est dans une position peu valorisante. Il n'a pas conscience qu'il est photographié non pas par le talent de discrétion du photographe, mais par son propre état. C'est donc une facilité qui me met mal à l'aise, mais s'il s'était agit d'une autre personne qu'un sans-abri cela serait passé, car alors on se retrouverait devant une situation cocasse, et non dans une situation de misère. La composition reste très belle avec cette courbe du corps sur le vélo et ces deux silhouettes insouciantes à l'arrière-plan.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merveilleux. Je te remercie @Don Pilou pour ton avis, et je te remercie d'autant plus que tu m'as aidé à comprendre ce qui me laissait dubitatif dans cette seconde photo : l'absence de démarche.

En effet, il me faut te dire que cet homme était un livreur uber eats (& co.) et que bien que très précaire il n'était sans doute pas un sans abri, du moins n'en montrait pas signe ici, mais qu'il faisait vraisemblablement une sieste auprès de son outil de travail et cela avant de l'enfourcher bientôt à nouveau. Mais justement, si j'ai besoin de te dire cela, de te le préciser, c'est que ma photo ne le montre pas expressément, c'est que je n'ai pas pris ce parti, puisque je n'avais alors pas de démarche et n'ai rapidement pris cette photo à la va vite que dans le seul but de figer cette position pas très enviable de sommeil.

Or, réfléchie dans l'axe d'illustrer la précarité de ce travail, de ses à-côtés et de ceux qui le remplissent , pensée et préparée avec cette démarche, l'image réalisée aurait plus probablement parlé d'elle-même. Mais là on ne sait pas trop ce que je montre et pourquoi je le montre, on ne peut voir que cet endormi pris à son insu et le déplorer comme tu le fais assez justement je crois.

Ce n'est pas la première fois que l'origine d'un sentiment mitigé sur une de mes photos se relève lié à un manque d'intention de ma part. C'est une chose sur laquelle il me faudrait être plus vigilant à l'avenir, c'est néanmoins une faiblesse qu'il me fait très plaisir de prendre conscience.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tes deux photos ont le grand mérite de faire réfléchir.

 

- Ta première photo

Au delà de l'aspect technique, je la trouve belle et intéressante car le regard de la femme dégage  des sentiments.

Au delà des conditions sociales de chacun ( chacun suit une ligne de vie ), j'y vois une marque d'intérêt chez elle pour toi et peut être aussi un certain vide dans sa vie.

 

Il ne faut pas voir le voyeurisme partout. Sinon, on pourrait dire que tout journaliste qui va dans une zone de conflit pour témoigner des conséquences humaines de la guerre est un voyeur. Ce qui serait absurde.

 

- Ta 2e photo

Sans plus de commentaire, je la trouverais à la limite humoristique. L'équilibre de l'homme endormi sur son vélo est remarquable. Par ailleurs, le sommeil fait parti de la vie. Dans certains pays d'Asie ( notamment en Inde ), on peut voir beaucoup de personnes faisant la sieste dans les rues sans que ce soient forcément des mendiants.  

 

Quand tu nous dis que c'est livreur uber eats (& co.), alors la photos change de sens. Elle devient une dénonciation de ce vers quoi évolue une certaine forme de salariat ( horaires démesurés, pas de garanties sociales) ....

 

Merci pour tes belles photos qui ont du sens et permettent de questionner l'éthique, pas cette du photographe mais celles des conditions sociales.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup @Jean-yves pour tes remarques :)

Je te rejoins à propos de la seconde image. Néanmoins, à mon gout il ne devrait pas y avoir besoin de préciser que c'est un livreur, la photo devrait le montrer d'elle-même. Par exemple si je l'avais pris au milieu d'un de leur regroupement comme on en voit à certains endroits, lorsqu'ils attendent une commande pour pouvoir travailler (ainsi que le faisait jadis les précaire travailleurs journaliers attendant leur éventuel employeur du jour...).

Par ailleurs, je trouve que tu as bien raison de dire qu'il ne faut pas voir le voyeurisme de partout, mais il me parait toutefois nécessaire de rester soucieux de l'emplacement de la frontière entre ce qui en est et ce qui n'en est pas, et ça que ce soit selon le sujet, l'approche, ou bien encore le contexte tant de prise de vue que d'utilisation du cliché.

Modifié par Nom Bidon
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Avec son sac à dos de livreur posé devant le vélo ou aux pieds du livreur, cela aurait été en effet une franche réussite. Car le sujet aurait été totalement défini, et surtout il aurait illustré la précarité de ce métier à différents niveaux : la fatigue physique, l'isolement, la précarité (livrer avec un vélib, même pas le budget d'avoir son propre vélo). Ce sera pour la prochaine fois, je te fais confiance ;) .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hello,

 

Je vais être un peu plus sévère sur la première photo. En fait ce que je n'aime pas justement c'est ce début de passant parce que je trouve que l'interprétation que tu en fais n'est pas retranscrite dans la photo mais je vais essayer de m'expliquer. Pour moi soit il aurait fallu par exemple avoir la personne en entier ou au moins son visage pour voir qu'elle ne regardait pas du tout cette femme et qu'elle "s'en fichait" ou alors il aurait fallu capter cette personne en train de faire un geste que tu aurais pu intégrer à ta photo pour en donner une interprétation. La en fait on a juste le début d'un passant mais sans "mise en scène" particulière ce qui fait que je trouve que ça ne colle pas avec la photo. Je n'essaye pas de faire juste de la critique mais d'expliquer mon ressenti justement vis-à-vis de ce bout de passant.

 

Sur la 2eme effectivement j'aurais peut être tenter un cadrage différent parce que je pense qu'il aurait pu se suffire à lui même ou alors le mettre en relation avec autre chose suivant ce qu'il y avait autour (encore une fois et comme d'habitude plus facile à dire qu'à faire).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos point de vue, ils me sont très précieux !! Et non @cecile, ne t'inquiète pas je ne le prends pas comme une "critique" (entendue comme seulement négative), mais bien au contraire comme un point de vue qui t'est propre, que tu exprimes de façon constructive, et que je suis d'autant plus content de lire que c'est ce qui me motive à publier ici.

D'ailleurs, ce passant sur la première photo, est un très bon exemple de cette quête de points de vue extérieur : celui-ci étant sur une photo que j'ai moi-même faite, et faite récemment, j'ai eu et j'ai encore beaucoup de mal à a questionner sa présence telle qu'elle est, à avoir un regard moins biaisé comme peut-être j'aurais davantage sur un cliché pris par quelqu'un d'autre. Et à ce titre, ta remarque, autant qu'elle me semble pertinente, m'aide à retrouver un rapport plus distant avec cette photo, un rapport moins intime comme seul peut-être également le temps parvient à offrir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

 

Je trouve que prendre des photos de ce type de population n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. À partir du moment où on a conscience du contexte et de la situation et qu'il y a surtout un respect de la personne je ne vois pas de problème, cela peut rester des sujets intéressants.

 

Sur tes deux photos j'accroche plus sur la première: la pose de la dame, son regard légitime, la lumière, et le passant au premier plan qui bien qu'au départ aurait pu me déranger, au final non. 

Il apporte du mouvement sur cet instant figé et renforce le côté "prise à la volée" plutôt intéressant de ta photo.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

J'arrive un peu sur le tard, mais je trouve ton questionnement intéressant.

 

Je ne vais pas critiquer les photos en elles-mêmes, je n'ai pas grand chose à en dire techniquement.

 

Par contre sur la démarche, je dois avouer que prises isolément, ces photos me gênent un peu. Justement, peut-être, parce qu'il n'y a pas de démarche à proprement parler.

 

La situation de précarité est ici mise en cadre mais quel est le propos ? S'agit-il de dénoncer une situation, de porter un message ? D'alerter ? Ou juste de faire une photo ? (je ne te critique pas, je conceptualise !). 

 

Pour moi il est difficile de sortir du côté voyeuriste sans avoir un but précis. Et quand bien même, je ne sais pas si je pourrais photographier ces personnes comme je shoote des passants dans la rue. Je crois que j'essaierai plutôt de leur parler et les connaitre pour ensuite les prendre en photo. J'avais bien aimé la série "les invisibles" de maxime Fanch, sur cette thématique : https://www.maximefranch.com/series

 

Pour les travailleurs précaires, la situation est un peu différente. Mais la encore, je trouve que l'approche par série, ou dans le cadre d'un reportage s'impose. 

 

Bref, pour conclure, il me semble que ce type de photo ne peut pas juste se trouver isolé au moment de la prise de vue puis de l'exposition, juste parce qu'on a l'occasion de prendre un bonne photo en passant, et doit relever d'une démarche plus générale.

 

Après, encore une fois, je ne juge pas et je trouve ton questionnement très constructif. 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
 Share

×
×
  • Créer...