Aller au contenu
Forum Photo Paris

Messages recommandés

Salut tout le monde,

 

Vu qu'il y a le projet d'expo "seul dans la ville" et que je fais des prises de vue sur la voie publique avec un équipement un poil plus lourd que d'ordinaire, je vous fais par de mon expérience concernant les demandes d'autorisations :

 

Dans mon cas, j'avais deux flash autonomes sur trépied, un appareil photo sur trépied et un fauteuil de bureau sur roulette.

Ce n'est pas tant les flashs qui me faisait chier, mais le fauteuil. Impossible de débarquer iconito, de faire ta photo en mode expresse et de se barrer.
De plus quand t'es avec un ou deux modèles et que tu mobilise des potes pour t'aider, ça te fait foutrement chier de te faire virer et de saborder ton shooting.

Donc obligé de demander des autorisations pour être sur d'être tranquille.

 

L'essentiel des démarches se font à la préfecture de police (lien). C'est gratuit.

Tout est expliqué dedans. Mais pour les flemmard je résume :

 

Très important :

Les photos de mode, d’architecture ainsi que les reportages ne sont pas soumis à autorisation préalable dès lors qu’ils remplissent les conditions de la procédure simplifiée.

la procédure simplifiée

Elle relève de la compétence exclusive de la préfecture de police. Inutile d'aller à la Mairie, saufs sites particuliers (au pied du trocadéro visiblement)
 

Conditions d’attribution

Elle doit respecter les conditions suivantes :

  •  n’employer qu’un maximum de 10 professionnels (techniciens, mannequins, comédiens...) indépendamment du nombre d’éventuels particuliers (photos de mariages, groupes d’élèves ou étudiants, touristes etc...) ;
  •  ne pas employer de véhicule militaire ou de police de location, ni de comédiens déguisés en militaire ou policier ;
  •  ne recourir qu’à des moyens légers : appareils à l’épaule ou, pour un maximum d’un, sur trépied ; éclairages d’appoint portatifs, ou, pour un maximum de deux, sur trépied ; alimentation électrique autonome ou par groupe électrogène portatif ; absence d’effets spéciaux, d’effets sonores ou de moyens élaborés (travelling sur rails ou chariot, grues, tours, cascades...) ;
  •  effectuer les prises entre 7 heures et 22 heures, à l’exception des trajets en voiture travelling ou caméra embarquée.

 

Je ne met pas le doc de demande d'autorisation. On sais jamais s'ils le mettent à jour. Allez sur leur site (lien)

Concernant le document. Soyez le plus complet et le plus précis possible.

Que ce soit l'équipement utilisé, le lieu (pas besoin de marquer le numéro de rue par contre), l'heure du shooting (4h max), le nombre de participant...

Au début j'ai marqué "accessoires de shopping", ils m'ont demandé quel type d'accessoire ? quelle taille ? Ou sera-t-il posé ?

 

Précisez et cochez bien que vous êtes un particulier. (du moins si c'est le cas). Et il faut le dire de vive voix pour que ce soit bien intégré.

Car quand tu te pointe avec marqué sur la feuille : 4 technicien et 2 comédiens. Tu passes de suite pour un pro. (vécu avec mon assurance).

 

Avec ce document il faut fournir :

- l'attestation de responsabilité civile. (délivré par votre assurance avec l'assurance habitation)

- Une feuille synopsie/courrier de présentation : Décrivez le plus possible l'objet de votre shooting, son histoire mais surtout les scènes que vous allez faire.

Voici le document que je leur ai fourni. Visiblement ça leur convenait. J'ai mis une photo pour montrer le style d'image et la place que prenait le fauteuil.

Synopsie expo.pdf

 

Je suis chiant à vous dire de décrire le plus possible votre shooting. Mais ça vous évitera de faire deux allers-retour à la préfecture. Car oui il faut se déplacer !

 

 

 

 

Personnellement je ne savais pas trop si je rentrais dans cette case avec mon fauteuil. J'ai demandé et c'est ok.

Je pense qu'il font vraiment la distinction entre équipement lourd et donc difficilement maniable et l'équipement léger.

 

J'ai donc eu mon autorisation pour

  • rue des rosier : rue piétonne commerçante hyper fréquenté. J'ai pu l'avoir pour un samedi après midi. :)
  • rue lancry : rue banale. Par contre l'autorisation n'est valable que sur le trottoir.

Je n'ai pas eu l'autorisation pour

  • rue de Lappe entre 17h et 22h : rue trop animé (c'est con c'est ce que je voulais). Par contre si je shoote avant 17h j'ai mon autorisation
  • rue mouffetard entre 17h et 22h pour les mêmes raisons.

Je me suis renseigné pour une autorisation au pied du Trocadéro, sur l'avenue gustave V de Suède (celle qui est souvent piétonne pile sous le trocadero). Visiblement c'est OK, par contre à faire en semaine de préférence. Et apparemment il faut une autorisation de la mairie. Je vais me renseigner.

 

 

 

Ne pas oublier qu'on a pas besoin d'autorisation si on respecte les condition de la procédure simplifié ET qu'on fait qu'on fait de la photo de mode, architecture et reportage.

Ça reste du bon sens, si c'est sur une rue piétonne ou il n'y a personne, no souci. Si vous faites comme moi un samedi après midi dans une rue blindée de monde -> autorisation.

 

Je vais faire un shooting sur la place de la bataille de stalingrad (à métro stalingrad donc) et le long du canal de l'ourcq. Le tout avec le même matos. Je ne demande pas d'autorisation car je remplis les critères et que je gêne personne en déplacement.
Par contre j'imprime la page de la préfecture de police, que je le montre aux policier pour être tranquille. (même si je sais que dans l'absolu avec mon fauteuil je suis en tords)

 

Je ferais un rectificatif en fonction de mon retour d'expérience.

 

 

Si vous ne respectez pas ces condition c'est procédure normale. La je ne la connais pas. Mais si vous en êtes là c'est que vous êtes sur un shooting bien plus conséquent ! :)

 

 

 

On en profite pour rendre ce topic actif avec le retour d'information sur les différents spots qu'on a pu tester :

 

Demandes d'autorisation préfecture de police : Gratuit

  • Rue de Lappe : ok si shooting avant 17h
  • Rue Mouffetard : ok si shooting avant 17h
  • Rue des Rosiers : ok, même le samedi après-midi.
  • Rue Lancry : ok mais sur trottoir.
  • Avenue Gustave V de Suède : semble ok sauf weekend + demande d'autorisation à la mairie (à confirmer)
  • ...

 

Les parcs :

Les autorisations de demandent directement à l’organisme gérant le parc.

  • Belleville : demander à la mairie
  • Jardin de luxembourg : Demander au service presse du Senat (lien). C'est un parc qui est géré par l'armé et non par la commune de Paris. Pour shooter façon photo de rue, no souci. Mais dès qu'il y a un trépied ils vous tombent dessus.
  • ...

Quartiers d'affaires :

  • La défense :

    - la défense : soit on fait à peu de matériel et on fait ça le weekend on est tranquille.

    - Si c'est comme moi avec mon fauteuil, en semaine à 12h : Demande d'autorisation ET paiement -> 1200€ la demie journée.
    Demande d'autorisation à Defacto. payant : Dans mon cas : 1200€ (outch). mail de contact direct : clessire@defacto.fr

  • ...

 

Je met à jour ce post en fonction des informations reçues. :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour ce brief très détaillé :-)

ca va etre utile à beaucoup de personnes :-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je l'espère. :)

 

Par contre si chacun peut y aller de son expérience, ça permettra de compléter. :)

 

 

Maintenant que je connais la démarche pour les demandes d'autorisations. Ce n'est pas impossible que j'y ai recours plus souvent ! :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci c 'est un bon résumé!

 

Par contre 1200 balles pour faire une photo d'un gars sur une chaise.. ils osent tout ces gars!

C'est juste le prix pour l'autorisation ou bien on te bloque une partie du lieu pour tes besoins?  Tu devrais avoir un flic en faction pour protéger ton matos et t'assister à ce tarif ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu veux shooter du toit de l'opéra Garnier, c'est 1000€ pour payer le vigile qui t'accompagne... Mais surtout tu n'as pas le droit de diffuser tes photos!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci c 'est un bon résumé!

 

Par contre 1200 balles pour faire une photo d'un gars sur une chaise.. ils osent tout ces gars!

C'est juste le prix pour l'autorisation ou bien on te bloque une partie du lieu pour tes besoins?  Tu devrais avoir un flic en faction pour protéger ton matos et t'assister à ce tarif ^^

 

Avec plaisir. :)

 

Dans les 1200 balles tu as (de mémoire) :

  • L'accès avec une voiture pour le matériel
  • Privatisation et sécurisation du lieu du shooting

Et comme ils sont gentils, c'est facturé par demie journée. Ce n'est pas possible de facturer à l'heure.

Je sais que c'est complètement ridicule, je n'ai rien demandé de tel. Et quand ils m'ont sorti le devis j'ai dis que je n'ai besoin de rien. Mais c'est pareil, même tarif.

 

Je pense qu'ils cherchent juste un prétexte pour te facturer. Car sans la privatisation ET l'accès en voiture j'ai du mal à voir quelle base ils peuvent te facturer. ^^

Ne pas oublier que l'esplanade de la défense est un lieu public, et non privé. Et que Defacto est un organisme public (donc payé par nos impôts).

 

Je pense que ça doit valoir le coup de tenter un shooting pour voir ce que ça va donner. Mais personnellement je n'ai pas envie de me faire chier à faire déplacer une modèle et un assistant pour prendre le risque de me faire virer. J'ai mieux à faire que de faire perdre du temps aux autres.

 

 

Si tu veux shooter du toit de l'opéra Garnier, c'est 1000€ pour payer le vigile qui t'accompagne... Mais surtout tu n'as pas le droit de diffuser tes photos!

Qu'il y ait un vigile sur le toit ne me choque pas.

Qu'ils facturent 1000€ est choquant, mais je pense qu'ils n'ont pas envie d'avoir un photographe toutes les 5 minutes juste parce qu'ils peuvent dépenser 100 balles. On dira que c'est un ticket d'entré pour calmer le plus grand nombre (même si c'est toujours pareil, au final ça réserve à l'élite !

 

Pour l'autorisation de diffusion, c'est des foutaises. :) Le droit à l'image appartient à l'architecte et non au propriétaire. Et le droit marche jusqu'a 70 ans après sa mort. Et il n'y a pas d’exception en France. (Une société ou le fils de l'architecte ne peut revendiquer ce droit).

Le bâtiment datant de 1875, l'architecte est mort en 1898. Donc il n'y a plus de problème pour ça.

Je parle de l'extérieur, pas de l'intérieur ou c'est potentiellement différent avec les décorations actualisés, et encore c'est sujet à débat.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour l'autorisation de diffusion, c'est des foutaises. :) Le droit à l'image appartient à l'architecte et non au propriétaire. Et le droit marche jusqu'a 70 ans après sa mort. Et il n'y a pas d’exception en France. (Une société ou le fils de l'architecte ne peut revendiquer ce droit).

Le bâtiment datant de 1875, l'architecte est mort en 1898. Donc il n'y a plus de problème pour ça.

Je parle de l'extérieur, pas de l'intérieur ou c'est potentiellement différent avec les décorations actualisés, et encore c'est sujet à débat.

Non, je veux dire que les prises de vue prises depuis le toit de l'Opéra ont obligation de l'être pour une utilisation dans un cadre privé. Ce serait comme prendre des photos dans une zone classée confidentielle défense. De toute façon avec le plan vigipirate actuel (en plus du tarif).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, je veux dire que les prises de vue prises depuis le toit de l'Opéra ont obligation de l'être pour une utilisation dans un cadre privé. Ce serait comme prendre des photos dans une zone classée confidentielle défense. De toute façon avec le plan vigipirate actuel (en plus du tarif).

 

J'imagine que ça dépend de l'argent et de la renommée que tu as ? :P

 

http://madame.lefigaro.fr/art-de-vivre/jr-40-danseurs-sur-toits-de-lopera-190914-939644

 

(Mais merci pour la précision)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

super sujet. ça m'intéresse beaucoup.

su j'ai bien compris on doit dressé une liste des endroits ou il peut y avoir un soucis pour un shooting avec trépied ou même sans?

 

liste des lieux sujet à demande d’arrêt de photo:

-parvis de la BNF (avec trépied besoin d'autorisation, quelque soit la direction visée et le sujet sur la photo.)

-cimetière face à la gare TGV de garde de lyon (besoin d'autorisation quelque soit le type de photo et le matériel utilisé)

-rond point de l'arc de triomphe (besoin d'autorisation pour photo avec trépied, plus particulièrement de nuit.)

-bibliothèques Municipale (besoin d’autorisation).

 

j'ai tout de même une question : pourquoi tout ces lieux sensés être publiques demandent des autorisations alors que la loi dit clairement qu'on peux prendre les photos tant qu'elles ne sont ni vendue ni utilisées a des fins professionnel... de plus chacun de ces endroit ayant un règlement intérieur, il n'est jamais mentionné l'interdiction de faire des photos.... d'ou vient donc cette lubie?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'elle est due à un souci de facilité, vu qu'il est plus simple d'interdire une prise de vue en amont que de faire des recherches, contacter voire lancer une procédure judiciaire envers les photographes qui ne respectent pas la loi. Du coup les photographes amateurs comme nous en patissent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je suis bien d'accord mais eux ne sont ils pas hors la loi pour le coup?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

je suis bien d'accord mais eux ne sont ils pas hors la loi pour le coup?

 

Selon moi, ces sites là ont un règlement intérieur qui précise ces interdictions.

Que ce soit un lieu public ou privé ne change rien à l'affaire, si cela a été mise dans la règlement intérieur et bien c'est valable. 

Un lieu "public" (au sens "appartenant à l'état") ne veut pas dire que tout est autorisé sous prétexte que cela t'appartient aussi un petit peu. 

 

 

Complément : j'ai cherché le règlement du parvis de la BNF.

Il y est simplement écrit : "Article 11 La photographie professionnelle, le tournage de films, l'enregistrement d'émissions radiophoniques et de télévision sont soumis à l'autorisation préalable du Président de la Bibliothèque nationale de France.".

Je pense donc que les vigiles qui nous font partie font du zèle. Mais je pense qu'avec une version imprimée du règlement sous le coude, et avec un peu de fermeté de notre côté (refus en expliquant que ce n'est pas de la photographie professionnelle), ils ne peuvent pas nous virer. Au pire il faut aller passer 1 heure au poste de sécurité pour s'expliquer... 

 

Jardin du luxembourg : c'est pareil, c'est précisé à titre "pro". 

Bref, je pense que l'on se fait avoir parce que l'on ne connait pas spécialement nos droits et qu'il y a de l'abus de l'autre côté. Et que généralement, on ne veut pas d'histoire, donc on obtempère...

 

En tout cas, cela me conforte dans ce que je disais au début : tout dépend du règlement intérieur du lieu (dans le mesure où ce n'est pas l'espace public comme une rue). Donc avant un shooting, récupérer le règlement intérieur, l'imprimer si besoin, et ne pas se laisser impressionner par les vigiles :-) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je veux bien faire un shooting juste pour m'embrouiller avec les gorilles. J'adore ca :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A la BNF il y a un écriteau indiquant l'interdiction de réaliser des prises de vue sans autorisation, mais je ne me souviens plus s'ils indiquent à quel usage.

J'ai l’impression que les vigiles utilisent le même règlement que pour l'intérieur de la bibliothèque.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pour le cimetière par exemple le règlement intérieur était affiché a l'entrée et aucune notification d'interdiction de quoi que ce soit concerant la photo ou la video...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon alors que ce soit clair, le règlement intérieur ne marche QUE s'il n'est pas en contradiction avec les textes de lois.

 

 

super sujet. ça m'intéresse beaucoup.

su j'ai bien compris on doit dressé une liste des endroits ou il peut y avoir un soucis pour un shooting avec trépied ou même sans?

 

Tu as très bien compris. :)

Si en plus on peut dire ou et comment demander l'autorisation comme je l'ai fait pour les photos sur la voie publique, le jardin de luxembourg et le quartier de la défense c'est top. C'est tout l'intérêt du post.

 

 

On peut aussi rajouter les lieux ou il n'y a pas de pb particulier si le lieux présente un intérêt photographique particulier.

Je pense à la fontaine saint supplice ou nous avont été 12 photographes et 4 flash. Personne ne nous a fait chier. :)

 

 

 


 

liste des lieux sujet à demande d’arrêt de photo:

-parvis de la BNF (avec trépied besoin d'autorisation, quelque soit la direction visée et le sujet sur la photo.)

-cimetière face à la gare TGV de garde de lyon (besoin d'autorisation quelque soit le type de photo et le matériel utilisé)

-rond point de l'arc de triomphe (besoin d'autorisation pour photo avec trépied, plus particulièrement de nuit.)

-bibliothèques Municipale (besoin d’autorisation).

 

Noté. Je met à jour quand j'ai le temps.

 

 

j'ai tout de même une question : pourquoi tout ces lieux sensés être publiques demandent des autorisations alors que la loi dit clairement qu'on peux prendre les photos tant qu'elles ne sont ni vendue ni utilisées a des fins professionnel... de plus chacun de ces endroit ayant un règlement intérieur, il n'est jamais mentionné l'interdiction de faire des photos.... d'ou vient donc cette lubie?

 

Il faut différencier l'autorisation de shooting et la prise de vue du bâtiment. C'est deux trucs complétement différent.

 

tu peux prendre la photo un bâtiment si l'architecte l'autorise (et non le propriétaire, grosse nuance). Ce qui fait que pour la BNF si on te dit que tu n'a pas le droit de prendre le bâtiment, il faut demander si l'architecte réclame un droit d'auteur sur le bâtiment  ou pas. (droit qui n'existe plus 70ans après la mort de l'architecte). C'est pourquoi on peu prendre la Tour Eiffel et que tu peux diffuser sans qu'on vienne te faire chier.

 

Pour la prise de vue avec (ou sans) trépied, c'est une autre histoire, un propriétaire (même l'Etat) peut t’empêcher d'accéder à son lieu pour faire des photos.

Les parvis de BNF, et autres lieux comme ça ne sont pas une voie publique tel qu'une route.

 

C'est chiant, je ne sais pas pourquoi ils font un caca nerveux pour ça. Pour la voie publique, il faut avoir du matos et faire chier du monde pour qu'on vienne t'éjecter.

 

 

Par contre je connais un cas ou le musé est dans l'illégalité totale, c'est le musé d’Orsay. Ils interdisent les prises de vues à l'intérieur alors que les textes de lois nous l'autorisent. Je crois que la situation à changé dernièrement car une ministre y a fait un tour (accompagné de toute la galerie), à fait quelques photos avec son téléphone sans être emmerdé. Du coup c'est monté en scandale au vu de la totale contradiction du musé. Et il me semble que maintenant c'est autorisé. Il faut que j'aille y faire un tour à l'occasion AVEC le texte de loi sous le coude au cas ou. (et une photo de la ministre prenant une photo dans le musé au cas ou).

 

 

Selon moi, ces sites là ont un règlement intérieur qui précise ces interdictions.

Que ce soit un lieu public ou privé ne change rien à l'affaire, si cela a été mise dans la règlement intérieur et bien c'est valable. 

Un lieu "public" (au sens "appartenant à l'état") ne veut pas dire que tout est autorisé sous prétexte que cela t'appartient aussi un petit peu. 

 

 

Complément : j'ai cherché le règlement du parvis de la BNF.

Il y est simplement écrit : "Article 11 La photographie professionnelle, le tournage de films, l'enregistrement d'émissions radiophoniques et de télévision sont soumis à l'autorisation préalable du Président de la Bibliothèque nationale de France.".

Je pense donc que les vigiles qui nous font partie font du zèle. Mais je pense qu'avec une version imprimée du règlement sous le coude, et avec un peu de fermeté de notre côté (refus en expliquant que ce n'est pas de la photographie professionnelle), ils ne peuvent pas nous virer. Au pire il faut aller passer 1 heure au poste de sécurité pour s'expliquer... 

 

Jardin du luxembourg : c'est pareil, c'est précisé à titre "pro". 

Bref, je pense que l'on se fait avoir parce que l'on ne connait pas spécialement nos droits et qu'il y a de l'abus de l'autre côté. Et que généralement, on ne veut pas d'histoire, donc on obtempère...

 

En tout cas, cela me conforte dans ce que je disais au début : tout dépend du règlement intérieur du lieu (dans le mesure où ce n'est pas l'espace public comme une rue). Donc avant un shooting, récupérer le règlement intérieur, l'imprimer si besoin, et ne pas se laisser impressionner par les vigiles :-)

 

Tant que le règlement intérieur n'entre pas en contradiction avec les lois nationales.

 

Mais sur le fond je suis d'accord avec toi, on n'est pas hyper renseigné sur chaque situation et chacun y va de son petit avis.

C'est un peu l'objet de ce post. On peu mettre les liens vers les règlements intérieurs et faire un petit récap du passage qui nous concerne. Comme ça les suivants évitent de trop chercher.

 

Je pense qu'on devrais organiser quelques sorties juste pour faire chier et tester les réelles possibilités et limites de shooting dans ces lieux. Faut le voir comme un aprem détente et on fini ça autour d'une bière.

D'ailleurs FLo est parant. ^^

 

 

 

 

Ps : ce genre de topic avec ces infos, ça vaut le coup de le passer en rubrique asso si on commence à avoir pas mal d'informations pertinentes ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'on devrais organiser quelques sorties juste pour faire chier et tester les réelles possibilités et limites de shooting dans ces lieux. Faut le voir comme un aprem détente et on fini ça autour d'une bière.

D'ailleurs FLo est parant. ^^

 

Grave ! I'm in. 

 

 

Ps : ce genre de topic avec ces infos, ça vaut le coup de le passer en rubrique asso si on commence à avoir pas mal d'informations pertinentes ?

+1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La biere tu sais bien que je tourne au diabolo citron ahah, so ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

^^

 

Pour revenir au sujet avant que ça parte en sucette. l'idée est bien de référencer les lieux mais aussi de trouver le cadre juridique. Car c'est ce qui est le plus intéressant : qui est dans son droit et dans quel cas de figure.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour la BNF, légalement, comme le dit Gief, les vigiles ne peuvent pas interdire la prise de vue, depuis la voie publique (sauf si nuisances à la circulation).

Ce qui est légalement interdit, c'est la diffusion de la photo (que ce soit pour de la vente ou non) car la BNF est soumise au droit d'auteur de l'architecte. (je pense que ça doit être la même chose par exemple pour la Geode, à vérifier).

 

Attention, on pense souvent à l'architecte, mais les paysagistes peuvent aussi avoir des droits d'auteur, par exemple.

 

Le 1% artistique doit être soumis aux mêmes règles. Je pense par exemple au pignon signal-azur : qui se demanderait s'il y a un droit d'auteur pour la diffusion d'une telle photo ?

 

tu peux prendre la photo un bâtiment si l'architecte l'autorise (et non le propriétaire, grosse nuance). Ce qui fait que pour la BNF si on te dit que tu n'a pas le droit de prendre le bâtiment, il faut demander si l'architecte réclame un droit d'auteur sur le bâtiment  ou pas. (droit qui n'existe plus 70ans après la mort de l'architecte). C'est pourquoi on peu prendre la Tour Eiffel et que tu peux diffuser sans qu'on vienne te faire chier.
Ce n'est pas tout à fait vrai : il y a un droit d'auteur (donc interdiction de diffusion de photo sans autorisation, ou sans payer l'auteur) sur l'éclairage de la Tour Eiffel.
 
Dans le même ordre d'idée, il y a la pyramide du Louvre, mais il me semble qu'il y a eu un cas d'une personne ayant remporté son procès car sa photo représentait Le Louvre, et qu'il ne pouvait pas éviter la pyramide au milieu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Pour la BNF, légalement, comme le dit Gief, les vigiles ne peuvent pas interdire la prise de vue, depuis la voie publique (sauf si nuisances à la circulation).

Ce qui est légalement interdit, c'est la diffusion de la photo (que ce soit pour de la vente ou non) car la BNF est soumise au droit d'auteur de l'architecte. (je pense que ça doit être la même chose par exemple pour la Geode, à vérifier).

 

Attention, on pense souvent à l'architecte, mais les paysagistes peuvent aussi avoir des droits d'auteur, par exemple.

 

Le 1% artistique doit être soumis aux mêmes règles. Je pense par exemple au pignon signal-azur : qui se demanderait s'il y a un droit d'auteur pour la diffusion d'une telle photo ?

 

 

La question est surtout de savoir si l'architecte accepte la diffusion des images représentant son bâtiment ou pas. Car au final c'est ça qui nous regarde.

 

+1 pour les paysagistes.

 

Je vais regarder ça au calme pour le 1% artistique

 

 

Ce n'est pas tout à fait vrai : il y a un droit d'auteur (donc interdiction de diffusion de photo sans autorisation, ou sans payer l'auteur) sur l'éclairage de la Tour Eiffel.

 
Dans le même ordre d'idée, il y a la pyramide du Louvre, mais il me semble qu'il y a eu un cas d'une personne ayant remporté son procès car sa photo représentait Le Louvre, et qu'il ne pouvait pas éviter la pyramide au milieu.

 

 

Comme toujours, ça va dépendre de la photo. ^^

 

C'est bizzare je ne retrouve plus mon post.

 

Mais je me suis justement renseigné sur le sujet et j'ai vu une jurisprudence sur une place à lyon.

 

En fait tu peux prendre la Tour Eiffel de nuit et faire une exploitation commerciale si elle n'est pas le sujet principal de l’image.

En clair t'as une modèle, et t'as la tour en arrière plan floue, le sujet principal n'est pas la tour.

Donc tu n'as pas besoin de demander l'autorisation, même pour une utilisation commerciale.

 

Je croyais avoir fait tout un pavé sur le sujet avec le lien vers la jurisprudence en question. (et qui explique très bien comment la justice est parvenu à la conclusion). Faudrait que je retrouve et poste ça.

 

Au final ça rejoint exactement ton exemple du Louvre : la pyramide n'est pas le sujet principal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon je repasse après quelques expériences perso :

 

Place de stalingrad : No souci. Pas d'autorisation.

 

Rue des rosiers : No souci, autorisation en main mais je n'ai pas vu de policiers.

C'est assez fun de faire des photos dans l'une des rue piétonnes les plus fréquentés ^^

 

Faut choisir des modèles qui sont à l'aise car t'es bien observé ! :transpi:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

 

pour la BNF ayant shooté beaucoup là bas, une fois une vigile est venue...

Elle m'a dit 

"Si on voit telle partie du bâtiment c'est non (En gros l'entrée et les tours)

 

C'est oui 

  • Si on est collé au vitre et qu'on ne peut pas distinguer la particularité du bâtiment,
  • si l'on cadre direction extérieur (les bords de seines)
  • si l'on ne fait que des portrait très serré et sans trépied 
  • Si l'on ne gène personne
  • Si nous sommes moins de 10.
  • Si nous gênons pas l'accès au bâtiment

Ces même règles je les ai eu par le service de sécurité et la police qui était autour de l'OPERA.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×